Merci Godin, salut l’Atleti

A quelques heures du dernier match de l’Atletico cette saison et à quelques semaines de la finale de la Champions League qui se jouera au Wanda Metropolitano, laissez-moi vous raconter mon expérience dans ce nouveau stade qu’utilise le club madrilène depuis un an et demi. Après avoir été faire un tour au Santiago Bernabeu au mois de décembre et y détester l’ambiance, j’ai pensé qu’il fallait que je profite d’une de mes prochaines visites à Madrid pour me rendre dans ce stade afin de juger si être silencieux est propre au public madrilène en général ou seulement aux supporters du Real.

Le hasard a voulu qu’en assistant au dernier match de la saison à domicile face à Séville, j’assiste par la même occasion au dernier match de Diego Godin sous ces couleurs et dans leur stade. Je ne vais pas mentir, j’étais au bord des larmes. La vidéo n’était pas extraordinaire et ne m’a pas mis des frissons comme pour d’autres départs mais voir ces supporters en pleurs, ses coéquipiers lui remettre tour à tour maillot, brassard et stèle, sans compter sur les musiques nostalgiques à la Ed Sheeran et The Fray qui accompagnaient ce moment, tout était réuni pour un grand moment d’émotion. Je pense que ce départ a d’ailleurs joué dans sur l’ambiance générale du match car je ne compte pas le nombre de fois où un chant pour lui a été entonné. Au début du match, il revenait à peu près toutes les trois minutes. Divisez 90 par trois et vous aurez sûrement un nombre proche de la réalité.

Un stade un peu classique

On m’avait dit « Romane tu vas voir, le stade de l’Atletico il est magnifique et tout est fait pour que les fans viennent en avance profiter des animations. ». Tantôt je suis d’accord avec la première partie de cette phrase, tantôt la seconde, j’ai dû mettre mes lentilles à l’envers. Il est vrai que ce stade est magnifique, loin et hors de la ville mais magnifique. Il est desservi par deux stations de métro sur la 7, celle du stade et celle avant le stade à 10 minutes à pied mais qui permet de faire une pause sur le chemin pour prendre une bière avec les copains dans un bar. Je n’ai jamais visité le Vicente Calderon et n’ait donc pas de moyen de comparaison mais ce stade fait très « européen ». Ne vous enflammez pas, ceci n’est pas une insulte mais une constatation. Pour avoir été au Camp Nou et au Bernabeu, je m’étais fait une idée des stades espagnols assez pentu et très haut. Autant dire que le Metropolitano ressemble davantage au Groupama Stadium qu’au deux stades précédemment cités. Il a le même style d’esplanade, les mêmes escaliers et finalement seul ce toit lui donne une touche particulière et singulière à l’habitacle. 

Je m’égare un peu mais revenons à ces « supposées » animations. Alors oui, il y a une aire de jeux pour les enfants et un musée sur le maillot, il est possible de faire le stadium tour jusqu’à une certaine heure les jours de match et à l’occasion du titre de leur équipe féminine en Liga Iberdrola, une exposition temporaire de douze photos avaient été installées mais de là à dire que ça vous occupe des heures, c’est un peu abusé. Finalement vous passez plus de temps à la boutique qu’à faire le tour des autres activités tellement il y a de monde et ceux qui sont arrivés bien en avance patientent où ils peuvent trouver un peu d’ombre en attendant que les portes s’ouvrent.  

Dans la liste des bonnes choses à retenir dans ce stade on peut noter qu’on peut ramener sa propre nourriture ce qui est assez rare pour le souligner, que les prix des boissons sont similaires à ceux de l’extérieur du stade, que si vous voulez immortaliser votre venue, vous avez le droit aux appareils photos. A chaque coup de pied arrêté, il est indiqué sur les écrans le combientième celui-ci est-il pour l’équipe en question.

Dans la liste des choses qui m’ont contrariées on retiendra que les trois écrans sont minuscules, c’est-à-dire que vous ne voyez pratiquement rien des replays. A aucun endroit dans le stade est mentionné le temps de la partie écoulée et le temps additionnel n’est également pas annoncé par le speaker. 

Les chants des colchoneros

Enfin, venons-en au chapitre qui m’intéressait le plus : l’ambiance. Je ne vais pas au stade pour vivre la même expérience que sur mon canapé. Je vais au stade pour partager un moment, pour avoir l’impression de vivre et découvrir quelque chose de nouveau et dans un sens, je veux être transportée par ce que je vis. Je l’ai déjà mentionné à plusieurs reprises mais le Bernabeu avait été une déception totale. Un public principalement de touristes, une tribune branche qui fait le minimum, des supporters adverses mis dans un coin en haut du stade pour ne pas qu’on les entende. Autant vous dire que vous êtes mieux à la maison, au chaud sous votre couette (quoi qu’il y a des chauffages qui font en sorte que vous ne devenez pas un glaçon), avec votre bière et sandwich qui ne vous auront pas coûter un bras (d’ailleurs j’espère pour vous que vous mangez un plat meilleur qu’un sandwich quand vous matez du foot à la maison… genre plutôt une pizza quoi). 

Bon encore une fois, je m’égare (si vous aviez un doute, je fais carrément partie de ces gens qui avaient dans ses appréciations scolaires « trop bavarde » écrit pour chaque matière). Spoiler : l’ambiance est mieux mais toujours pas incroyable. L’ambiance est mieux qu’au Bernabeu parce que clairement j’avais choisi ma place pour être côté tribune sud (celle qui chante) et mon voisin avait décidé de me casser les tympans pour me faire comprendre qu’il y a de l’ambiance dans son stade. De la première à la dernière minute, ils n’auront pas arrêté de chanter et même si je trouve leurs airs très répétitifs, ils ont le mérite de ne pas s’arrêter. Néanmoins, là encore, il n’y a personne pour leur répondre. Côté sud, la tribune basse interagit avec sa tribune haute mais pour le reste du stade, c’est très silencieux. Il n’y a pas de « Aux Armes » où deux tribunes se répondent comme en France. Il n’y a pas de section de supporters adverses qui confronte l’équipe à domicile. Ce que je veux dire dans tout ça c’est que ça reste assez plat et une tribune n’arrive pas à transporter et faire se lever tout le stade.

Là où par contre il est important de souligner la ferveur des supporters c’est qu’ils sont fans de toutes leurs équipes. Avant la rencontre masculine, les filles de l’Atletico sont venues présenter leur trophée en tant que championnes de la Liga Iberdrola et tout le stade s’est levé pour les applaudir. De même à la mi-temps, toutes les sections jeunes et féminines titrées dans leurs catégories respectives ont été présentées et acclamés par le public. Il y a un véritable sentiment d’appartenance, une fierté d’être supporter de chacune des équipes qui portent ces couleurs. Ce ne sont pas des fans de l’équipe A, ce sont des fans du club et ils se sentent concernés par tout ce qui s’y passe. Je trouve que c’est quelque chose qu’on a beaucoup moins en France, être fan d’un club dans son ensemble, se tenir au courant des résultats des équipes U17 par exemple, connaître le nom de l’entraîneur de l’équipe U19 féminine… Des petites choses qui comme ça n’ont pas vraiment d’importances mais qui ont un impact sur la proximité qu’on a avec le club dans son ensemble et ce pourquoi ont en partage davantage ses valeurs et surtout la fierté à chaque éclosion d’un talent du club ou d’une victoire.

S’il fallait donner une appréciation générale à ce match je dirai que j’ai été surprise par des choses auxquelles je ne m’attendais pas et déçue par des choses qu’on m’avait vantés. Finalité : les comptes sont à l’équilibre. Contrairement au Bernabeu que j’aimerai bien voir dans une autre configuration à l’image de celle d’une rencontre de Champions League ou un derby face à l’Atletico, je ne suis pas sortie de ce stade en me disant qu’il faudrait que je revienne. Il est beau mais il est classique. Il n’a pas d’âme particulière mais parce que son histoire est encore à écrire. C’est tout bête d’ailleurs mais les murs intérieurs sont nus et cela manque de couleurs, de symboles liés à l’histoire du club. A contrario, je serai très curieuse de voir un match de l’Atletico à l’extérieur et voir si les supporters sont autant au rendez-vous et chantant qu’à domicile.

Comme d’habitude, toute recommandation de stade est la bienvenue (mais privilégiez l’Europe svp parce que je n’ai pas le budget d’aller en Amérique Latine ni en Argentine). 

Publicités
Romane

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s