Les gens beaux

Je n’avais pas du tout prévu d’écrire cet article pour ce dimanche.
Nous sommes samedi, il est presque 18h et après déjà quelques verres avec les copines, j’ai juste pris mon ordinateur et décidé de voir les mots qui sortiraient de mes pensées.

La semaine dernière, je vous parlais de ces amis avec lesquels il vaut mieux rompre parce qu’il n’y a plus rien de bon qui ressort de ces relations. Les amies que j’ai vu aujourd’hui (qui ne sont pas juste des copines c’est vrai)(d’ailleurs pourquoi en français on a dix termes pour décrire le type d’amitié qu’on a, on ne peut pas faire comme les anglais qui appellent tout le monde « my friend »?) on se connaît depuis… très longtemps. Avec elles aussi, il y a eu une période à vide de deux ans je dirai après le lycée, quand on passe aux études supérieures et qu’on rencontre de nouvelles personnes, mais je crois qu’on se connaissait tellement bien qu’on savait qu’on finirait par se retrouver. Ce sont des amies ++, le genre d’amies avec qui tu parles de tout, que tu peux appeler à n’importe quelle heure si tu as un souci, à qui tu peux confier tes craintes mais aussi le genre d’amies qui n’iront pas dans ton sens si elles savent que tu as tort. Si elles doivent te faire la morale, te raisonner, te dire que tu as merdé, elles n’hésiteront pas et c’est une qualité plus qu’importante pour te sentir en confiance avec des gens car tu sais qu’ils ne te diront pas toujours que tu es la meilleure, ils sauront t’aider à grandir de tes erreurs.

Alors voilà, on parlait de tout et de rien, en profitant des quelques rayons de soleil de ce samedi après avoir dévoré des pancakes énormes mais que j’attendais avec impatience depuis qu’on avait fixé le lieu du restaurant pour le midi (cf mon instagram parce que oui je suis le genre de personne qui met des photos de ce qu’elle mange sur Instagram). Au cours de nos paroles, je confiais que je trouvais que dans mon secteur d’activité et notamment dans l’entreprise que j’ai intégré récemment, il y a que des gens beaux. Alors je vous arrête tout de suite, je ne suis pas en train de me lancer des fleurs en disant que je suis un canon mais plutôt en train de dire que je ressemble à n’importe qui qui travaille dans mon secteur d’activité et que de fait je suis tout à fait banale.

Pour vous faire le topo, je travaille dans la communication et j’ai intégré un groupe média. Cette semaine, au déjeuner, un de mes collègues a relevé le fait qu’il y avait que des gens beaux dans la cantine. En y prêtant plus d’attention, il avait totalement raison. Tout le monde est plutôt pareil, sain, looké de manière conventionnelle sans extravagance particulière, plutôt clair de peau, a l’air sympathique et souriant… Tout le monde se ressemble. Vous allez dans le groupe média de l’autre côté de la rue, c’est les mêmes personnes à la cantine. On se ressemble tellement tous que même les gens qui présentent des émissions et passent à la télévision ne ressortent pas du lot. Ils sont monsieur et madame tout le monde et si tu ne me dis pas que telle animatrice déjeune à la table derrière, je n’y ferai pas attention.

Lors d’un autre déjeuner un peu plus tard dans la semaine, un ami me faisait la remarque que les gens de la presse dans son entreprise étaient tous pareil et correspondaient exactement aux clichés que tu te faisais d’un attaché de presse. Il me disait même que si on allait à la sortie d’une école parisienne spécialisée dans la profession, on se rendrait compte que toutes les nanas ont le même sac, porté de la même manière, le même manteau, le même style vestimentaire… Et au fur et à mesure qu’il parlait, je ne pouvais pas m’empêcher d’hocher la tête car il avait complètement raison.

En faisant cette remarque à mes amies, elles m’ont tout simplement dit que c’était pareil dans leur secteur d’activité. Que c’était soit plutôt masculin, soit plutôt féminin. Que tout le monde se ressemblait, tout le monde parlait pareil. Alors bien sûr, à côtoyer au quotidien toujours les mêmes personnes, ils deviennent notre groupe de pairs et puisqu’on est inconsciemment inspiré par notre entourage, c’est normal qu’on en assimile les codes mais une part de moi trouvait cela triste. Je me suis rendue compte qu’en étant comme tout le monde, cela signifiait que peu importe les allers et venues, personne ne ferait vraiment attention à vous. Si finalement tout le monde se ressemble, si on a tous le même diplôme parce qu’on sort de la même école, qu’est ce qui fait la différence entre moi et le voisin ? A choisir entre me garder moi ou mon collègue qui fait le même travail, qui est-ce qu’ils vont privilégier mais surtout pour quelles raisons ? Toutes ces remarques m’ont fait penser qu’on est plutôt tous en apparence assez banal et donc que cet article est assez déprimant parce que là vous êtes en train de vous dire que vous ne valez pas mieux que l’autre mais en fait c’est tout l’inverse.

On a beau être en apparence tous pareil, s’habiller dans les mêmes enseignes ou regarder les mêmes séries, on n’a pas tous les mêmes idées et les mêmes passions. On passe notre temps à se comparer aux autres, à se dire que si lui fait si, moi je vais faire ça. A se dire que si les gens de notre âge commençent à se marier ou avoir des enfants il faudrait peut-être qu’on y réfléchisse aussi… Je vous arrête, on a tout faux. L’autre ne vaut pas mieux que nous parce qu’on ne compare pas deux choses incomparables et surtout on se marie et on a des enfants quand on est prêt, pas pour faire comme tout le monde.

C’est comme aller au supermarché et comparer le prix d’une pomme et le prix d’une compote de pommes, il y a beau y avoir de la pomme dans les deux produits, ce sont deux choses différentes. On oublie trop souvent qu’on est tous unique et ce n’est pas parce qu’on fait le même métier, qu’on habite la même ville ou qu’on a le même âge, qu’on peut se comparer à quelqu’un. Si en apparence on est semblable, il y a des dizaines de choses dans nos cerveaux et dans nos coeurs qui aspirent à des choses différentes. Alors quand je me suis demandée qu’est ce qui me différenciait de mes collègues, j’ai compris. Je suis peut-être plus organisée, plus passionnée par telle discipline ce qui fait que je suis plus rapide sur certains sujets, mon collègue est plus à l’aise sur excel et passe moins de temps sur ces tableaux, il est plus commercial que moi alors que je suis plus introvertie. Ces qualités, ces compétences et ces savoir-faire ne sont pas une question d’apparence.

Oui on se ressemble tous, oui on est des gens beaux mais ce n’est pas une raison pour se comparer aux voisins parce que l’apparence c’est une chose mais le plus intéressant, c’est ce qu’il y a à l’intérieur et c’est toutes ces qualités, toutes ces connaissances, toutes ces passions qu’on a à revendre et à partager qui font nos différences et nos trucs en plus. Alors pour la prochaine fois qu’on se comparera à l’autre, qu’on se demandera qu’est ce qui fait notre truc en plus, préparez-vous une liste de toutes vos qualités. Et si vous avez du mal à vous lancez des fleurs, demandez à vos proches, vos amis, vos collègues, quelles sont les qualités qu’ils retiennent chez vous.

Publicités
Romane