Blogging is dead

Trois, deux, un… Coucou c’est moi.

Ne me fait pas croire que tu as pu m’oublier depuis le temps, ce n’est pas possible. Enfin, si c’est possible mais ce n’est pas très gentil et toi, je te connais, tu es gentil donc tu n’admettras pas que tu m’as oublié pour ne pas me vexer.

Je sais ce que tu te dis « okay Romane, qu’est-ce que tu veux cette fois ? ». Pour être honnête, pas grand-chose si ce n’est partager avec toi mes péripéties du quotidien (et en ce moment elles sont nombreuses!). Depuis le temps tu me connais. Je vais, je viens, je pars, j’essaye autre chose et puis je finis toujours par revenir à la source : le blog. Sur internet, il y a mille et une manières de créer, de proposer, de partager et je crois que la seule chose que je sais à peu près bien faire, c’est écrire. Ecrire à ma façon puisque j’écris comme je parle et ça, on aime ou non mais écrire ce que je ressens, ce que je vis, dans quelle merde je me suis encore foutue ou quelle ville j’ai adoré visiter. 

Alors est-ce que ça a encore du sens d’écrire un blog en 2019 ? Plus qu’on ne le pense.
D’un côté il est vrai que les blogs c’est has been, certains disent même que les blogs sont morts et de l’autre, il n’y a que sur ton blog que tu es vraiment propriétaire de ton contenu. Ailleurs, sur Facebook, Instagram, YouTube, ton contenu peut être utilisé par ces géants du web et en postant tes photos, tes vlogs et autre, tu leur lègues un peu des droits sur ta création.

Néanmoins c’est vrai, le blog n’est plus à la mode. Aujourd’hui on consomme du snacking et si par chance, tu as lu jusqu’à cette phrase, je sais que tu te demandes quand est-ce que je vais m’arrêter de parler. La mode c’est consommer vite, swiper facilement, liker facilement, nexter facilement. Aujourd’hui on veut du visuel, une jolie photo plutôt qu’une leçon de vie. Parce que oui mon cher ami, ou ma chère amie, si demain je te poste une photo de moi à Berlin, ma photo sera sûrement très jolie mais pour autant, tu ne sauras pas ce que je fais, où je me suis baladée, où j’ai fait du shopping ou bien où j’ai trop bien mangé, qui j’ai pu rencontrer, de quoi j’ai parlé avec le chauffeur de mon Uber… Tu sauras juste que j’ai été à Berlin et que j’ai fait 24 photos avant d’en trouver une instagrammable pour te dire à quel point je m’éclate même si ça fait trois jours qu’il pleut.

J’avoue : j’ai fait comme tout le monde. J’ai essayé de trouver mieux, « d’innover dans le contenu », de faire différemment mais écrire des lignes et des lignes ça me manque. J’en ai marre de chercher mes mots pour faire des phrases courtes, je ne sais pas faire court. Quand j’ai quelque chose à raconter, j’en fais des caisses, je rentre dans les détails et même si ça ne plaît pas, tant pis. Après tout, on n’a pas besoin d’être toujours à la mode. La mode, c’est à nous de la faire, de la créer, de l’imaginer et de la réinventer et si ça doit passer par l’écriture d’articles de 2000 mots alors relançons cette mode. 

Je n’étais pas de la génération Myspace mais je suis tombée dans la soupe des articles et citations à la Oscar Wilde sur Skyblog dans les années 2008. Comme pour beaucoup, ce « blog » ressemblait plus à un album photo à base d’échange de commentaires qu’à l’image qu’on se fait du blog aujourd’hui. Ensuite, l’histoire vous la connaissez parce que je la raconte tout le temps. Parlons Football a vu le jour en 2010 (je crois mais j’ai une mémoire de poisson rouge) avant de laisser place à The Ginger Temper en 2012 et nous voici, avec Vis en Rousse. Plot twist : aujourd’hui Vis en Rousse c’est aussi le nom de ma micro-entreprise mais ça c’est encore une autre histoire que je vous raconterai bientôt parce que sinon cet article va être vraiment beaucoup beaucoup trop long.

Tous ces paragraphes pour dire que je crois que cette fois je suis prête, je reviens vraiment à Vis en Rousse. Je parlerai toujours de tout, de mon compte à découvert le 20 du mois, des commentaires misogynes dans les stades de football, de ma phobie de l’avion alors que je continue à planifier des voyages à Madrid, aux Etats-Unis et ailleurs. De moi et de la société, comment on essaye tant bien que mal de cohabiter ensemble malgré nos divergences d’opinions parce qu’on est très têtues toutes les deux.

La question maintenant c’est de savoir si toi aussi tu es prêt(e). Prêt(e) pour rire, pour vivre du suspens, de l’émotion, pour râler et dire derrière ton écran « Mais Romane, réfléchis bon sang. Tu t’es déjà fait avoir une fois. Ne replonge pas. », prêt(e) pour aller boire un verre dans une bonne adresse que je t’ai recommandé, pour que je te parle de Jules, de la onzième fois où je vais voir Ed Sheeran en concert…

Vis en Rousse est vraiment de retour alors ne loupe pas ça. Je te le promets, on va s’éclater. ♥

Publicités
Romane

Une réflexion au sujet de « Blogging is dead »

  1. Merci !
    Et surtout, fais… Fais comme tu le sens, comme tu en as envie.
    J’ai moi aussi essayé de faire autrement, de faire comme les autres.
    Mais finalement je remarque que quand j’écris comme je pense et que je ne fais pas attention aux interlignes, au nombre de mots etc ça fonctionne bien mieux. Pas en terme de chiffres, mais en terme de commentaires et d’échanges.
    C’est pour ça que j’aime mon blog, pour les échanges.
    Ce sont des blogs comme le tiens que je recherche, c’est donc une très belle découverte que je fais la 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s